Une blanquette et ça repart

7 Déc

C’est parti de rien, juste, un matin j’organise mon déjeuner avec une amie, et je lui dis comme ça, « j’ai envie d’une blanquette tu peux pas savoir ». Bref, on se rend au Café de la Banque, et là, paf, je demande le plat du jour, et la serveuse me répond, j’vous l’donne en mille, blanquette de veau.

Pour un lundi, ça commençait bien, ça a suffi à illuminer ma semaine. Comme quoi il en faut peu, surtout quand on lit mon dernier billet. Résultat, je suis de bonne humeur, tout est beau, tout le monde est gentil, les oiseaux chantent dans les arbres, le ciel est bleu… Je serais prête à faire des trucs de fou comme garder mes deux garçons une journée entière, entamer le dossier que je repousse depuis 3 semaines, classer mes papiers entassés depuis cet été sur mon bureau, tiens même trier ma boîte mail.
Tout ça à cause d’une blanquette.

Morosité ambiante

1 Déc

Je sais pas vous, mais le mois de novembre est long, mais long… Il n’en finit plus. J’ai l’impression qu’une espèce de chape de plomb s’abat lentement sur moi, sur  nous, sur le monde entier.

Déjà, pourquoi est-ce que tout le monde demande du fric en même temps, entre septembre et octobre ??? Impôts, taxes d’habitation, charges, Urssaf, taxe foncière, école, assurances, et j’en passe et des meilleures. Heeeeelp, on peut plus !! Bon, on a qu’à mensualiser, ça nous apprendra aussi à être cons.

Ensuite, franchement, les JT et autres quotidiens, je peux plus. Chaque jour, c’est la fin du monde : l’euro qui s’effondre, des meurtres atroces, des inondations comme jamais on en a vu, la famine en Afrique, les salaires gelés, les taxes qui augmentent, les affaires politico-financières qui éclatent… Y a de quoi se suicider pour les 40 prochaines années à venir, franchement. On en a connu d’autres par le passé qui jouaient sur la peur de la population pour faire passer des tyrans. On en est pas loin là.

Et puis une impression très nette que la crise est bien là cette fois-ci. Des copains qui perdent leur boulot, des clients qui tardent à payer, voire des chèques refusés, des commerces qui ferment, des boutiques de rachat d’or qui ouvrent comme des champignons… Rien de nouveau vous me direz, mais ces signes sont de plus en plus persistants et nombreux.

Mmmm, vive la magie de Noël !

 

L’épreuve du sport

28 Nov

Bon, mon dernier post date du 31 mai dernier. Ok. Soit. Oui, mais y a eu les vacances, la rentrée, les soldes, les enfants, le boulot, le.. Bon d’accord, c’est la flemme, on peut le dire, un énôôôrme poil dans la main. Allez, ceci est une bonne résolution du mois de novembre, pourtant, c’est pas le mois à en faire, des résolutions, j’vous l’jure !

En parlant de bonne résolution, je vais vous causer sport. Oui, de sport, vous m’avez bien entendue. Car c’est toute une aventure de reprendre le sport après 15 ans d’abstinence. Il faut savoir que j’étais championne de gym de 7 à 14 ans. J’en entends déjà qui se foutent de moi, à m’imaginer en justaucorps aussi beau que ceux du patinage artistique, ou qui ne s’imaginent tout bonnement pas me voir faire du sport, c’est au choix.

Je dis aventure, car cela m’a pris allez, bien 4 ans avant de trouver le bon sport, et de m’y remettre vraiment (doucement quoi). J’ai commencé par m’inscrire en danse moderne, et quand j’ai su qu’il y avait un spectacle de fin d’année, comment vous dire…

Puis avec des amies on s’était motivées pour prendre une coach à domicile, j’avais l’impression qu’elle avait passé sa vie en maison de retraite, c’était nul.

Puis il y a eu la danse africaine, top, ça donnait la pêche, mais face au plantage de mes amies, j’ai abdiqué. Pas assez mûre.

Je n’ai pas échappé à la salle de sport, et là j’ai fait le grand classique : l’abonnement pour 3 mois, l’abandon au bout de 3 semaines. Lady gaga à fond les ballons avec comme tenue dominante chez mes codétenues le string PAR DESSUS le legging. J’ai pas pu.

Puis ma vie a changé, j’ai ouvert les yeux (ça va là, c’est assez dramatique ?), j’ai découvert la gym suédoise. Je suis fière de vous annoncer que j’y vais depuis plus de 3 mois consécutifs. Yeahhh. A mon niveau, c’est une victoire, ne vous moquez pas de moi. Ça combine tout ce que j’aime : la musique pêchue, le fait de pouvoir se défouler, c’est varié et complet, on progresse vite, bref, c’est pour moi. Qu’il pleuve, qu’il vente, que mes copines me plantent, que mon cher et tendre ne puisse pas se libérer pour garder les enfants, j’y vais. Je ne pense plus à rien, je transpire, je bouge, je lève les bras, les jambes, ça tire, je saute, ça me fait un bien fou.

Pourvu que ça dure !

Je veux dormir

31 Mai

Je crois que le manque de sommeil est une réelle torture. Pour moi en tout cas. Non pas que mes chères têtes blondes (c’est con cette expression, surtout que mes fils sont tout sauf blonds, ils sont le contraire de blond) m’empêchent de dormir la nuit, ils ont très vite compris qu’ils se prendraient une torgnole de toute façon, non non, ils m’empêchent de dormir le matin. Grosso modo, entre 6h et 6h30, on est réveillés. Tous les matins. Samedi et dimanche compris. Pour nous, une grasse mat’, c’est quand on a réussi à atteindre 7h.
Et puis pas de répit hein. D’abord le bib du petit, ensuite celui du grand (pas trop chaud ni trop froid, grrrr), puis le grand veut « faire du cheval sur le dos de papa », puis « faire un garage », puis c’est le petit qu’il faut changer, puis… ahhhhhhh, laissez-nous dormiiiir.
Le pire, c’est que plus on se couche tard la veille, plus ils se réveillent tôt ! A croire qu’ils ont un radar spécial cuite.
A 16 ans, j’avais fait un baby-sitting un samedi matin pour que les parents puissent dormir, j’avais trouvé ça hallucinant à l’époque. Aujourd’hui, j’en rêve la nuit.

Nausée

30 Mai

Ca sert à quoi d’avoir un blog si c’est pour poster une fois par mois ? Non mais on se demande parfois, c’est malin… Bref.

Mon post arrive un peu tard étant donné le sujet.. Quel sujet ? Mais celui dont tout le monde parle depuis 15 jours maintenant, celui dont les médias se délectent, sur lequel les journalistes s’étripent, qui fait trembler le PS, qui a soulevé une vague de protestations de la part des féministes, qui a fait remonter à la surface des réflexes bien sexistes de la part de nos chers hommes politiques… Je veux parler bien sûr de l’affaire DSK, dont la France ne ressort pas grandie, c’est le moins que l’on puisse dire.
Il faut voir les journaux français hurler à l’humiliation et au lynchage à la vue des images de DSK menotté, alors qu’ils ont été les premiers à les montrer. C’est pas être hypocrite ça ? Et avoir droit tous les jours au JT à un direct de l’envoyée spéciale à N-Y qui vient nous raconter, passionnant, que deux personnes sont rentrées, puis sorties de la future maison des Strauss-Kahn. « Qui sont-elles ? Que sont-elles venues faire ? ». Voilà le genre de questions existentielles que se posent nos journalistes en ce moment. Pire que Voici, People et France Dimanche réunis. Le pompon, c’est quand le très sérieux David Pujadas avec son costard propret, est venu nous parler du « liquide séminal » de DSK. On avait atteint le sommet.
On en a trop dit, trop montré, trop entendu, laissons la justice faire son boulot, et concentrons-nous sur les vrais sujets. Par exemple la démission de Georges Tron du gouvernement pour une affaire de… de quoi déjà ?

Dukan, ducon ?

27 Avr

Bon bah voilà, j’ai commencé le fameux régime de la mort qui tue, comme des millions l’ont fait avant moi… Je fustigeais il n’y a pas si longtemps que ça mes nombreux amis que je trouvais très mal élevés de ne pas vouloir honorer ce qu’on leur préparait avec amour lors de dîners à la maison. Comme on dit, il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis.
Ceci dit, c’est mon premier jour, on en reparlera dans deux semaines. C’est là où je vais tester ma discipline et ma persévérance. (quoique j’aie déjà une faible idée là dessus, mais bon, on ne sait jamais).
Premier constat : en regardant sur Internet le site officiel et les nombreux sites autour, le bouquin, en en parlant autour de moi, j’ai vraiment l’impression d’entrer dans une secte. Matraquage marketing, produits dérivés, coachs personnalisés, formules chocs, témoignages hallucinants… Ca fout les jetons tout ça !
Mais la preuve, ça a marché sur moi, surtout les témoignages en fait. C’est ce qui m’a convaincue : « j’ai perdu 20 kilos en 5 mois », « je n’ai pas repris », etc.. Si ils l’ont fait, je peux le faire quand même ! Sachant que je me suis fixée une perte de 5 kg, ça va aller… Hum.
Pour le moment, le petit-déjeuner a été assez dur : allez avaler comme ça à jeun du son d’avoine mélangé à du fromage blanc 0 %, ça donne envie hein ? J’ai fini par manger une des fameuses galettes chauffée, un blini sans rien en fait, avec du lait écrémé. Ca fait rêver.
Pour le reste, pas de problème : des sashimis avec sauce soja, même pas mal ! Sachant que j’adore tout ce qui est cru et qui ressemble à du tartare, carpaccio, steaks saignants, je devrais pouvoir tenir. Je suis la reine des carnivores, même enceinte, je ne renonçais à rien  de tout ça ! Quant aux fruits de mer à volonté, easy, je pourrais tuer pour ça. Mais sans mayo maison, dur. Le pire, c’est que je suis persuadée que dans une semaine, j’ai un corps de déesse, avec 5 kilos en mois, et que hop ! youp là, trop forte, j’arrête là le régime parce que une fois le poids atteint, je le tiendrai. Mouais, c’est pas faute de le lire partout : le Dukan, c’est à vie. Ever. Je me crois au-dessus des lois c’est ça ? On verra bien… Toujours est-il que j’ai un stock de viande en tout genre, de galettes Dukan, de fromages frais 0 % et de son d’avoine à écouler, et rien que pour ça, je dois le tenir ce régime à la con !

Rendez-vous dans deux semaines !

Hystérique

22 Avr

Je suis d’un naturel plutôt calme d’habitude, le self-control, je connais.
Mais certaines situations ou comportements peuvent littéralement me faire sortir de mes gonds, de manière parfois complètement irrationnelle, mais c’est comme ça.
Top 6 des causes de pétage de plomb caractérisées :
– L’appel au service client/technique de Neuf Télécom quand ça ne fonctionne pas. Je me suis fait raccrocher au nez par un des opérateurs, alors qu’ils n’ont pas le droit de raccrocher normalement… Le pire je trouve c’est quand tu expliques ton problème au début, et qu’ils te disent juste après « Je me présente, untel machin à votre service, quel est votre problème ? ». Gnnnnnnn.
– Etre prise pour une conne par un commerçant. « Oui, le pull se lave en machine », « Ce modèle est vraiment pas cher. Ah oui ? Combien ? 590 € », « c’est du cuir », « ça vient de Paris » (j’aime bien celle-là !)
– Les « lenteurs administratives », selon l’expression consacrée : les 10 interlocuteurs différents qui te donnent 10 explications à ton problème, la perte (deux fois) de mon dossier à la Caf.
– Etre accusée à tort, l’injustice en général. Je ne peux pas regarder le film Au nom du Père, je trouve ça trop dur.
– L’arrogance des gens, ceux qui se la jouent. C’est triste en fait.
– Les tricheurs : je déteeeeste les gens qui ne jouent pas le jeu. En fait, je ne joue pas pour gagner, juste pour le plaisir, ça me dépasse ceux qui trichent : ça fausse tout non ?